DE KATHERINE À ALICE SPRINGS

 

Du 12 au 16 octobre, nous avons suivi la longue route allant de Katherine à Alice Springs: 1180 km de route toute droite, aucun virage et, de part et d’autre, de grandes étendues désertiques avec une végétation aride.

image

 

Mais quelques sites sympathiques quand même!

image

Allez suivez nous!!!

Katherine

Où dormir ?

Ou plutôt où ne pas dormir? Lol!
Nous avons été hébergé, une nuit, en couchsurfing, chez Francesco et Shriidhara, respectivement d’origine italienne et polonaise.
Ils ont installés les enfants sur un grand canapé, devant les Aristochats, sur écran géant. Papi Câlin leur fait même des petits caresses pour leur plus grand bonheur!

image

Nous avons partagé notre dîner avec eux: elle avait préparé une omelette de tofu, de la polenta, une salade composée, il a fait des glaces mangue/banane pour le dessert! Génial!
Elle est parti travailler de nuit à l’hôpital, les garçons ont parlé ensemble une partie de la soirée.
Steph et les enfants ont dormi dans une chambre avec climatisation, Papa et moi dans la salle de méditation.
Voilà où les ennuis commencent! Lol. Tout avait l’air trop beau!!!
Ce sont des fous de yoga, de méditation, ce sont des végétaliens assidus, …on ne peut pas dire que nous avons beaucoup de pensées communes. Quand ils nous ont demandé de ne pas cuisiner nos oignons et notre ail dans leur maison parce que ce n’était pas bon pour la méditation, d’un commun accord, nous avons repris la route!
Allez-y si vous avez les mêmes centre d’intérêt qu’eux, sinon abstenez-vous!

 

Que voir ?

Hot Springs

Il fait 35°, on se demande pourquoi on irait dans des sources d’eau chaude, … mais c’est à faire!!!
À seulement 5 min du centre ville, la baignade, dans un bassin à 32° toute l’année, est plutôt agréable.

image

L’eau est d’une clarté saisissante!!!

image

image

Ça fait du bien et on ressort détendu, avec une sensation de peau bien propre…

image

Un endroit vraiment sympa que nous a fait découvrir Francesco! Bien sûr, les termes sont propices à la relaxation et à la méditation…

image

 

Beswick

Dans le centre ville de Katherine, nous avons rencontré Tom, un aborigène qui travaille dans une galerie d’art. Il a appelé son contact, Rowina, femme blanche originaire de Perth, implanté ici depuis 6 mois, afin de nous accueillir au sein d’une communauté aborigène, à Beswick, village situé à une centaine de kilomètres au sud-est de Katherine.

Où dormir ?

Au sein de la communauté, juste à côté du Centre (la maison rouge), des logements ont été construits pour accueillir les touristes…à 170$/nuit!
On se contentera de dormir dans notre camper van en utilisant toutes les installations de ce petit complexe: toilettes, douche, barbecue, poubelles, table et chaises, électricité,

image

Vraiment nickel!

 

Que voir ? Que faire?

Et bien pas grand chose…
La veille au soir, Rowina nous a donné rendez-vous à 9h au Centre. C’est une galerie d’art aborigène qui propose aussi ses services à la communauté.
Nous la retrouvons donc comme prévu, et elle se débarrasse gentiment de nous en nous laissant avec Julie, une aborigène en apprentissage au centre depuis 1 mois. Julie est assez gênée et perdue et ne sait pas trop quoi faire avec nous. Elle nous fait visiter l’exposition de tableaux situés à l’étage, et voilà. Le dialogue est assez difficile, parce que nous parlons mal anglais d’une part, et parce qu’elle est timide, ou mal à l’aise, d’autre part.
Une aborigène, très maigre et d’un certain âge, est assise sur la terrasse et fait du tressage pour fabriquer une poupée. Nous la regardons un moment, en souhaitant participer à son activité, mais la proposition ne vient pas.

image

Rowina ne nous a pas été d’une grande aide pour nous faire découvrir la culture aborigène. On aurait souhaité visiter le village, voir l’école, rencontré des artistes, mais bon…
Notre venue nous aura quand même permis de nous rendre compte d’une chose: les aborigènes s’ennuient également, ils n’ont rien à faire de leur journée, donc survient un gros problème d’alcoolisme. Ils sont perdus dans un monde moderne qu’ils n’ont pas souhaité et c’est très difficile pour eux de trouver leur place. Les Blancs les ont installés dans des communautés avec des maisons, une école, une maison de retraite, une clinique, …mais avait-il vraiment besoin de cela?
Et encore, ils ont l’air plus épanouis ici qu’en ville, où ils errent, pieds nus, considérés comme des cas sociaux. Situation difficile!

 

Mataranka

Où dormir ?

Au Jalmurark Campground, situé dans Elsey National Park.
20$/famille, 9$/adulte.
Tout petit camping, avec seulement des emplacements sans électricité, des sanitaires au top, absolument personne (3 sites occupés!) et le braillement des ânes au lointain qui coupent le silence…
Nous avons fait la connaissance d’un Canadien, David, content de trouver un peu de compagnie!

image

 

Que voir ?

Bitter Springs

Ce sont des sources d’eau bien chaude!

image

image

On entre à un endroit, on se laisse dériver avec le courant, on suit un parcours naturel, puis on ressort, avant un petit pont.

image

image

image

Le site est aménagé pour faciliter l’entrée et la sortie de l’eau.

C’est mieux d’avoir une frite pour se laisser dériver.

Le masque ou les lunettes de natation sont indispensables pour observer…les tortues!!!
On en a vu une, lors de notre premier passage, avec Tess, puis j’en ai vu trois autres lors de mon second passage!

image

image

 

Noam, devenu un poisson d’eau douce (comme Tess) depuis peu, s’est amusé à sauter dans l’eau à plusieurs reprises…pour une fois qu’il n’a pas froid dans l’eau!!!

 

Mataranka Homestead

On passe devant la réception du camping et on suit le chemin forestier qui mène aux termes, dans Elsey National Park: suspendus aux arbres, des millions de chauve-souris, des Little Red Flying-Fox…

image

image

image

Il y en a des dizaines rien que sur une branche!

image

image

image

On n’a pas vraiment envie d’en adopter!

image

image

image

L’odeur pestilentielle de leur excréments est saisissante! Écœurant!

Arrivés à la rivière, incroyable spectacle au coucher du soleil! On assiste à une véritable attraction naturelle: les chauve-souris viennent s’abreuvoir dans la Waterhouse River. Il y en a des dizaines puis des centaines. Leur tournoiement constitue, à lui seul un véritable spectacle…mais ça ne s’arrête pas là!

image

image

Les crocodiles font surface et attendent que les chauve-souris passent boire pour les attraper en plein vol!
On a vu une chauve-souris louper son passage au ras de l’eau et se poser quelques secondes sur l’eau: erreur fatale! Le crocodile l’a immédiatement englouti!
Ce qui est impressionnant aussi c’est le bruit: celui des chauve-souris qui crient ainsi que celui des gueules de crocodiles qui se referment, à vide, quand ils loupent leur proie!

Ça vous réserve ce spectacle sur la prochaine vidéo!

À voir absolument!

Il y a également de magnifiques paons…

image

image

 

Wauchope

Où dormir ?

Le Devils Marbles Hotel se situe le long de la Stuart Highway, à une dizaine de kilomètres après le site touristiques des Devils Marbles.
Nous avons payé 30$ pour la nuit.

image

image

image

Le coucher du soleil au milieu du grand néant est magnifique…

Nous avons installé le camper van sur un site avec électricité et planté la tente dans un petit espace avec de l’herbe. Des sanitaires propres, un camp kitchen, une piscine (avec une eau froide!), un bar et un accueil agréable: très bonne adresse!

Devant l’hôtel, on s’est bien amusé avec ces vieilles carcasses de voitures…

image

image

image

 

Que voir ?

Les Devils Marbles ce sont ces pierres toutes rondes qui se sont formées grâce à l’érosion.
Devant tant de beauté, les aborigènes en ont fait un site sacré.

image

image

image

 

Difficile de trouver des prises pour escalader!

image

image

image

 

Attention! Certaines vont rouler!!!

image

image

 

C’est très plaisant de zigzaguer entre les rochers et de trouver celui qui nous inspire des photos!!!

image

image

image

image

 

On reprend la route: 412 km avant de rejoindre Alice Springs.
Camper van en mode détente!

image

image

 

 

Galerie photos

Catégories : Australie, Carnet de route, Le Centre Rouge | Étiquettes : , , , , , , , , , , , ,

Navigation des articles

5 réflexions sur “DE KATHERINE À ALICE SPRINGS

  1. Bridget

    Les couleurs, les paysages, l’eau à 35 °, les animaux, la nature … c’est le tout en un pour être heureux !!! Qui dit mieux ? Bisous les routards 🐊

    J'aime

  2. Laclau

    C est vraiment génial de vous suivre.
    L Australie me donne vraiment envie…
    Bise de la réunion.

    J'aime

  3. Nadine

    Nous sommes très impatients de voir (et d’entendre !) votre prochaine vidéo : la simple description de la scène nous a « mis l’eau à la bouche » si j’ose dire.

    J'aime

Propulsé par WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :